Vols de drone en altitude dans la Cordillère des Andes au Pérou

Hélicéo réalise des missions drone jusqu’à 5 000 m d’altitude

En février 2018, deux membres de l’équipe Hélicéo se rendent au Pérou pour accompagner l’entreprise GMI dans une mission drone en altitude. Pendant une semaine, Stéphane (Responsable Commercial Amérique) et Olivier (Pilote de drone professionnel et ingénieur produit spécialisé dans le VTOL) ont testé deux appareils dans les montagnes de la Cordillère des Andes.

Drone en altitude

 

Comment préparer un vol de drone en altitude ?

A leur arrivée, Stéphane et Olivier sont restés à Lima dans la capitale péruvienne pour préparer la totalité de la mission. Celle-ci se découpe sur trois jours pour tester les appareils à différents paliers. Pour des raisons de sécurité, il est important de procéder par étape afin d’adapter le corps à l’altitude. Pour le FoxyPro, les tests sont réalisés à 1500 m le premier jour, à 2500 m le second, et enfin à 4000 m le dernier jour. Et pour le SuperFox6, le premier jour se déroule à 2500 m, le second à 4000 m et le dernier à 5000 m.

Pour prévenir le mal des montagnes, l’équipe a opté pour la prise de gélule de coca 3 jours avant la mission. Quand on entreprend ce type d’ascension, il faut aussi penser à surveiller son alimentation et à boire beaucoup d’eau.
D’un autre côté, il est primordial de protéger les appareils face aux risques du froid. Avant tout, il faut stocker les batteries dans un endroit sec à température ambiante. Il faut également anticiper la non disponibilité de la connexion internet en altitude pour éviter l’annulation de la mission. Pour cela, nous recommandons donc de pré télécharger en amont des fonds de carte.

10h de 4×4 dans les montagnes

Pour se rendre en altitude, notre équipe sillonne les routes sinueuses de la Cordillère des Andes à bord d’un 4×4 tout terrain. Le temps de trajet est de 7 à 10 h par jour. Plus on monte en altitude, plus les températures sont basses. Il fait 25°C à Lima, 15°C à 3500 m, et près de 0°C à 5000 m où Stéphane et Olivier se sont retrouvés dans une tempête de neige. Chaque soir, l’équipe Hélicéo loge à l’hôtel Chez Victor de San Mateo. Ce petit village se situe dans la Cordillère centrale à 3149 m d’altitude. Les péruviens et les occidentaux qui se rendent sur cette montagne connaissent bien ce lieu emblématique. C’est l’un des seuls endroits où il est possible de dormir. D’après Stéphane, le froid est encore plus intense durant la nuit ce qui ne facilite pas le sommeil.

Les conditions de vol sont donc difficiles avec des rafales de vent allant jusqu’à 57 km/h. Le matériel doit toujours être adapté à la densité de l’air qui est moins importante. Pour cela, on change les hélices et les moteurs des drones à chaque palier. De plus, notre pilote a dû faire face au manque d’oxygène et au stress de voler en si haute altitude. Pour lutter contre le mal des montagnes, il existe un remède efficace : le Maté de coca (thé et coca). Pour chaque niveau d’altitude, l’équipe effectue entre 3 et 5 vols d’une durée de 5 à 20 minutes. Malgré les difficultés liées aux conditions météorologiques et climatiques, tous les tests sont un succès. En effet, ces derniers fournissent des bons résultats en termes de précision des données photogrammétriques.

5000 m d'altitude

La Cordillère des Andes vue du ciel

Démonstration de vol du FoxyPro à 4000 m d’altitude

Le FoxyPro est un drone avion totalement automatique équipé d’un système VTOL. Ainsi, il dispose d’une longue autonomie d’une heure et peut scanner jusqu’à 300 ha (741 acres) en un seul vol.
Découvrir la vidéo

Démonstration de vol du SuperFox6 à 5000 m d’altitude

Le SuperFox6 est un drone multirotor polyvalent compatible avec le POD Photogrammétrique et avec le POD LiDAR. Avec une autonomie de 43 minutes, il offre de grandes capacités de vol. De plus, sa nouvelle motorisation lui donne une résistance au vent de 57 km/h. Elle lui permet donc d’être utilisé dans des conditions extrêmes.
Découvrir la vidéo

Les avantages du drone en altitude et du système VTOL

En Amérique du Sud, 70% des mines sont situées entre 3500 et 4500 m d’altitude. Ce sont principalement des mines de cuivre. Par conséquent, les professionnels de la mesure ont des besoins importants en géomatique dans ces zones montagneuses. Le système VTOL est donc indispensable puisqu’il permet au drone de décoller et d’atterrir dans des endroits difficiles d’accès et présentant beaucoup de reliefs. De plus, le drone en altitude apporte plus de sécurité aux opérateurs, un réel gain de temps, et une plus grande précision des données.

En conclusion, cette mission drone a permis à Hélicéo de garantir à ses clients la bonne adaptation de ses drones en altitude. Soucieux d’innover en permanence, cela lui offre également la possibilité d’améliorer ses machines et de développer des nouveaux produits tel que le Fusion VTOL.